Pour être averti d'un nouvel article inscivez-vous par email / Follow by Email

Rechercher dans ce blog

dimanche 16 mars 2014

NOUS IRONS DORMIR CHEZ VOUS !

22O km a parcourir entre les villes de Salto et de Tacuarembo.
Nous quittons la ville, croissons les enfants sur le chemin de l'école puis quelques camions, bus nous doublent en nous saluant et après plus
rien...nous sommes seul à pédaler sur cette  sempiternelle route toboggan avec dans le nez un vent fou venant de l'Est.




 
Nous retrouvons les grandes étendues de landes, prairies,de gauche à droite, des troupeaux de vaches, quelques chevaux, des colonies de nandous.


La veille,nous avions pris soin de faire le plein d'eau 6 l et remplir d'en-cas la sacoche mais avec 36° l'eau s'est vite évaporée ,au bout de 35 km, nous avons stoppé devant une école,un élève a été désigné pour remplir nos bidons.Une récréation animée avec à notre départ des applaudissements.
 



Appuyant sur les pédales comme des damnés dans une région dépourvue de vie même pas de station essence ...nous sommes usés, les crampes chatouillent les cuisses de mon pilote,la fatigue est à son comble lorsqu’en fin au loin se dessine quelques contours de petites maisons basses.
Oui, ce n'est pas un mirage mais bien le village attendu au joli nom de Valentin se prononce '' Balantinne en Portagnol'' un mélange d'espagnol et portugais.Pas vrai, j'y crois pas, j'suis vert comme nous dirait Alain , il y a une épicerie bien achalandée, vite un coca !





 
83 km , il faudrait bien stopper là, ...ce sera le seul village sur les 220 km.

Jouer la prudence et chercher un petit coin proche d'un point d'eau pour poser nos sacoches et planter la tente.L'épicière nous propose un carré de verdure envahit par les poules !
 Au centre du village, un groupe scolaire , école primaire , collège et lycée, en avant pour demander l'hospitalité ! La sénora de service nous indique la maison du responsable-secrétaire, nous cherchons sans trouver, un monsieur semble comprendre notre requête, nous le suivons, il nous présente son épouse, sa petite fille et nous propose de nous installer sur le carré de pelouse derrière sa petite maison.Un accueil formidable, un verre d'eau fraîche, des petits gâteaux, un verre de yaourt à l'abricot.On s'installe comme chez nous chez eux ! Sanitaires à notre disposition, la douche est appréciée.


Après une bonne nuit réparatrice et un bon petit-déj,nous quittons cette famille, photos et direction la panadéria pour acheter de quoi faire face à la petite fringale .

 

La journée suivante sera la même que la précédente, toujours rien en vue , des bosses a répétition menant au point culminant de la région (44O m d'alt)  du vent chaud de face.
442m alt- température 33° -1O h 26 en Uruguay !
Quel courage !
 
72 km d'avalés, nous sommes usés et nos gourdes vides...de loin nous avons vu  en contre bas de la route, un chemin qui mène à une maison, nous allons quémander de l'eau, une jeune femme se fait un plaisir de remplir nos grandes bouteilles,  nous voici avec 4 litres de ce précieux liquide.Un petit bosquet d'arbres et un carré d'herbe verte,le lieu idéal pour nous installer ici pour la nuit.

Le dîner : Soupe, purée sardines et pommes. 


 
Nous avons la visite de Luis, le propriétaire de l'estancia, il a le souvenir de quelques mots de français appris par son grd-père natif du pays Basque.






Petit-déjeuner au soleil levant !





Des membres de l'association des gauchos de Salto en vadrouille.

CADEAU ! Encore çà de plus dans les sacoches .






Encore une longue et pénible journée nous attend pour arriver à Tacuarembo, nous terminerons les 25 km de cette étape en pick-up Toyota.


Une surprise nous attend dans cette ville !!!





1 commentaire:

  1. Coucou Pierrette et Roland,
    Merveilleux voyage! L'on s'y croirait. Nous admirons votre courage. C'est beau.
    De notre coté, nous sommes toujours en vadrouille depuis bientôt 7 mois. Nous sommes en Afrique du Sud et devrions rentrer en France début avril pour une petite semaine puis direction le Portugal avant d'autres aventures.
    Nous continuerons à vous suivre. Continuez à nous épater et à nous faire rêver.
    Bisous.
    Polo et Vana

    RépondreSupprimer