Pour être averti d'un nouvel article inscivez-vous par email / Follow by Email

Rechercher dans ce blog

vendredi 22 octobre 2010

TIGROU EN JORDANIE.

Cette journée s'annonçait pourtant bien.....
MERCREDI 2O :  AZRAK / AMMAN   8O km à tandem et 3O en camion…
Cette journée s’annonçait bien, levés tôt …6h  pour départ 7h3O, le thermomètre affiche 22°, un petit vent d’Est nous pousse agréablement, les kms défilent …au kilomètre 44  le premier château du désert apparaît. Cet édifice ne ressemble pas vraiment à un château, c’est une bâtisse de pierre jaune, aux formes arrondies et d’après ce que nous avons lu, au VIII è siècle, le calif Walid Ier se fit construire ce mignon pavillon de chasse avec un hamman. Son état de conservation, son architecture, ses fresques originales lui ont valu d’être classé par l’Unesco.( billet d’entrée I€).

 



Vue de la cave...

En sortant, le ciel était un peu plus clair, le vent un chouia calmé, nous essayons de faire du stop mais les camions sont trop chargés, dans ce sens là , ils transportent d’énormes pierres blanches , nous remontons sur le tandem avec la peur de tomber, dès qu’un camion est en vue, on s’arrête sur le côté jusqu’au moment ou notre sauveur s’est arrêté, la benne du camion était vide , Tigrou a été attaché, nous , nous sommes montés devant avec le chauffeur, un jeune Palestinien triste d’être séparé de ses parents ( de notre âge ) ils sont toujours à Gaza , il s’est arrêté pour nous acheter de l’eau et des gâteaux .Il nous a conduit jusqu’au faubourg d’Amman, vers la route pour Madaba, De là, nous avons demandé pour trouver un hôtel ou nous nous sommes remis de cette pénible et angoissante journée.
Ce jour, nous avons consommé 12litres d’eau, 2 Colas et un litre de bière à 5° au dîner.
 JEUDI 21: AMMAN / MADABA 3O km.
Au repos...ou en grève ?
 Oh ! Déjà 8 h … nous avons dormi comme des loirs, un petit-déjeuner préparé dans la chambre par nos soins et en route pour Madaba par la route du Roi. Seulement 3O km et des jets de pierres comme comité d’accueil .Nous en avons ras le bol de ces sales gosses…qui là ne viennent pas des camps, c’est simplement une façon de s’amuser. Bref, nous découvrons une petite ville remplie de touristes de toutes les nationalités, il y a des échoppes dans la rue  piétonne tout près de l’église orthodoxe St Georges que nous visitons un peu plus tard car elle renferme de splendides mosaïques (dont l’une représente la carte de la terre Sainte)




N'y a-t'il pas une ressemblance avec un illustre personnage de l'ACT-TCF ?

Madaba est la capitale de  cet art et continue de former de jeunes artisans à ce savoir faire ancestral. Visite intéressante dans un centre ou plusieurs handicapés travaillent.


VENDREDI 22 :
 Ce jour petite balade de 2O km à tandem sans sacoche vers le Mont Nébo (802m), c’est de là que Moïse aurait contemplé le panorama avant de mourir. Nous, nous avons admiré un magnifique paysage dommage le ciel était chargé de brume de chaleur mais nous avons aperçu les rives de la Mer Morte, la vallée du Jourdain.


 Au retour, 3 gros chiens se sont jetés sur nous, nous avons traversé la route pour rouler protégés par la voiture qui venait en face. Par contre ce jour pas de lancé de cailloux …
A SUIVRE…..

jeudi 21 octobre 2010

BONJOUR LA JORDANIE

MERCREDI 13 OCTOBRE : BONJOUR LA JORDANIE
Nous quittons le chic hôtel et la ville de Dar’a ,  une dizaine de km plus loin, nous passons le guichet Syrien qui nous taxe 16€, le guichet suivant nous prend 3€ pour ??? Bakchich…le suivant encore 16€ et bien NON …faut pas exagérer ! En voyant Tigrou, l’employé met le coup de tampon et nous fait signe de nous en aller...Nous quittons en règle le sol Syrien. Quatre km plus loin, des files de voitures remplies de victuailles attendent pour passer en Jordanie, nous on grille toute la file et on se retrouve en tête devant le guichet pour obtenir nos visas .Tout se passe bien, le tarif a augmenté, le visa est passé à 2O€ au lieu de 12. Au bout d’une demi-heure, visas en poche, nous posons nos roues dans ce pays, royaume qui à la taille du Benelux ou bien un sixième de la France .


Les ¾ du pays sont envahis par le désert.  La capitale est Amman, c’est de là que nous envolerons le 11 Nov. La population de ce pays est d’environ 6 3OO OOO hab, la monnaie est le dinar jordanien 1 DJ = 1 €, pour payer cela va nous simplifier la vie ! Ce royaume est gouverné par le roi Abdallah II né en 1962, il a succédé à son père le roi Hussein en 1999.La Jordanie est coincée entre 2 mers l’une Rouge, l’autre Morte.
Nous commençons par le circuit des Cités de la Décapole, nous en découvrirons 4 : Gadara Pella, Jérash, Amman. En attendant, nous voici tout près de la frontière Israélienne, nous ne cherchons  pas à nous en approcher de trop, nous suivons la vallée du Jourdain, ce fleuve est formé de torrents qui prennent leur source sur le versant Libanais du Mt Hermon. Il traverse le lac de Tibériade et va se perdre dans la mer Morte au terme d’un parcours de 36O km.
Quelques km de parcourus sous 40° et une camionnette s’arrête, elle transporte des caisses de boissons divers, le chauffeur nous tend 2 Pepsi et 1,5 l d’eau, ce n’est pas très frais mais de toute façon avec cette forte chaleur, nous devons boire.
 Un peu plus loin, au milieu de luxueuses villas, un camp de bédouins avec un troupeau de dromadaires, c’est assez choquant mais tout le monde cohabitent bien .

Pas de différence avec la Syrie concernant les tonnes de détritus repartis dans les champs , sous les oliviers, dans les fossés . Abominable ! A 14 h, nous sommes installés à l’hôtel à Irbib ou nous nous reposons .
Ce jour  petite étape de 38 km déniv 278 m.
JEUDI 14. IRBID  / UMM QAÏS / PELLA  65 km Déniv 525 m.
A 9h, déjà 32 ° nous avons aussi chaud que la première quinzaine en Syrie .Il faut grimper pendant 15 km pour sortir de la grande ville d’Irbid, après le paysage devient sauvage, la route en balcon est bordée de roches grises, nous apercevons malgré la brume de chaleur le plateau du Golan, et à notre gauche le lac de Tibériade et la ville du même nom.


 A Umm Qais ,nous cassons la croûte avec des  vrais yaourts… enfin ! le boulanger nous offre 2 galettes de pain , ensuite visite du site qui se trouve à flanc de colline, on grimpe encore à pied …nous marchons sous le soleil à travers cette  cité antique de Gadara, quelques photos du théâtre, basilique, on commence a avoir une indigestion de pierres…


 Au parking , 7 camping-cars français , les propriétaires anéantis par la chaleur daigneront sortir de leur engin ! Nous avons pourtant tenté une approche ! Nous avons continué notre route qui est sous haute mais discrète surveillance, au contrôle nous montrons par 2 fois nos passeports, puis par de beaux lacets nous sommes arrivés dans la vallée du Yarmouk ou le climat est tropical, nous sommes passés à moins 15O m sous le niveau de la mer, cette région permet la culture des bananes, pistachiers, nombreuses serres remplies de tomates et  en bordure de route encore bien fleuris les bougainvillées, le jasmin.



 La  température  est de 44 °. En traversant un gros bourg  les gamins nous caillassent, ils réclament de l’argent, nous ne comprenons pas leur comportement, ici tout le monde est si gentil mais  est-ce des mômes des camps de réfugiés palestiniens ? les adultes les chassent sans ménagement, et comme pour s’excuser, ils nous offrent le café ou jus de fruits.

Nous avons grimpé et encore grimpé dans des pentes à 2O % pour arriver à l’hôtel situé sur le site de Pella mais trop fatigués nous ne l’avons pas visité. Dîner et dodo.
VENDREDI 15  PELLA / ALJUN
 La journée commence mal, Tigrou est crevé à l’avant et un rayon de cassé ! Réparation, petit-déj  et c’est repartit pour la marche à pied en poussant le tandem, au bout de 4 h de route et seulement 17 km,


 nous attendons le passage d’une camionnette pour nous grimper tout la haut, elle ne tarde pas à apparaître…le tandem, les sacoches et nous… les bédouins  sont chargés. A un carrefour, le conducteur nous demande si nous voulons aller chez lui boire le café et oui pourquoi pas brave homme ! Après 5mn de route en descente nous sommes conviés de rentrer chez lui ou toute la famille est affalée sur des coussins, nous sommes servis comme des princes : grenades, pommes, bananes, coca, thé, café etc ..nous  passerons 3h  assis en tailleur, les crampes nous démangent les mollets, nous sommes enfumés car les 6 hommes de la maison fument cigarette sur cigarette.

 L’heure tourne,  nous essayons de leur faire comprendre  que nous voulons partir, la camionnette est approchée, nous sommes priés de monter et nous sommes débarqués 1O km plus loin à Ajlun, nous empruntons la rue menant au château (édifié en 1184 pour contrer les croisés), l’hôtel se trouve tout la haut. Journée de malchance pour Tigrou qui termine en cassant un maillon de la chaîne, il  reste 2km à pousser très fort (pente constante entre 18 et 2O%)bref ce jour 21 km  771m déniv. A savoir qu’il n’y a que 2 hôtels au même endroit dans cette ville.
 SAMEDI 16 . Remise en état du maillon de la chaîne, petit-déj avec vue sur le château que nous ne visiterons pas  car les 2 km qui nous séparent sont trop raides à monter. Tigrou risquerait de faire encore des siennes et ce jour, nous  savons que le parcours ne sera pas encore de tout repos !
 Direction Jerash  à travers des forêts de pins. En début d’après-midi nous arrivons  devant le deuxième site touristique du pays après Petra, le soleil cuisant ne nous donne pas envi d’aller visiter les ruines de l’antique Gerasa, nous nous contenterons d’admirer l’Arc d’ Hadrien, glorieux monument  avec une arcade centrale de 13 m de haut et de 4 colonnes corinthiennes.
     

Ce jour, nous avons rencontré les deux premiers cyclos avec sacoches, de jeunes Hollandais arrivés la veille à Amman, surpris par le pourcentage des routes, pour leur étape suivante,  ils sont partis en taxi.
DIMANCHE 17 .JERASH / AZ  ZARQA   44 km déniv  671 m. Pour sortir de Jerash, il faut passer les collines de suite le petit plateau est en place, il y restera jusqu’à l’arrivée. Pour une fois, nous n’avons pas poussé Tigrou, mais une étape pareille nécessite plusieurs arrêts 3h et demi de pédalage, et  2blles d’eau. Nous sommes  dans une grande ville bruyante à 35 km de la capitale.  
Pour la suite du programme…nous avons prévu de partir en direction des châteaux du désert qui furent élevés par  les infatigables bâtisseurs les califes omeyyades. La boucle aller et retour représentent environ 2OO km .Durant 15 km, la route est bordée par les camps militaires. Cette route 3O est très fréquentée, il y a énormément de gros camions transportant toutes sortes de marchandises entre autre du carburant  venant de l’Arabie Saoudite, et d’Iraq .Le petit vent d’Est apporte un peu de fraîcheur, bien qu’étant dans le désert, pas de sable…à 800m d'alt, de la caillasse volcanique, des collines qui ondulent, quelques touffes de plantes vertes , la route n’est pas rectiligne, bref pas monotone, ce jour nous avalons 98 km , moy 17 déniv 371 et nous voici à AZRAQ ou nous resterons 2nuits.


AZRAQ  et son oasis… la seule de Jordanie. Elle se meurt à cause du pompage excessif de ses eaux, pour alimenter Amman , Irbid, les oiseaux migrateurs ne s’y arrêtent plus. Cette oasis disparaîtra dans quelques années.
MARDI 19 . Tigrou partage notre chambre  et nous nous apercevons que la roue avant est encore crevée … inspection complète du pneu pour trouver un p’tit  bout de limaille. A 1Oh, nous partons à tandem pour aller visiter le château  devenu surtout célèbre lorsque Laurence d’Arabie y  prit ses quartiers d’hiver en 1917. La silhouette noire ( basalte)et édentée de ce fort apparaît  à l’entrée du village, la visite ne prend qu’une demi-heure.

 Ensuite ,nous sommes partis voir la réserve de Shaumari,  parc géré par la société protectrice de la nature jordanienne pour réintroduire les animaux disparus du désert (Oryx, onagres, autruches a cou bleu etc ..) A 12 km de là, une pancarte annonce que la réserve est fermée !!!
 Demi tour  et arrêt pose kebab dans un troquet pour routiers et retour à l’hôtel  pour profiter de la piscine. Nettoyage du tandem, lavage du linge  et préparation des billets pour le blog .Tous les soirs , nous suivons les news sur TV5 Monde….Bon  courage à tous .
  A SUIVRE ….

mardi 12 octobre 2010

TIGROU EN SYRIE...les derniers jours et le bilan.

Au petit matin, nous avons retrouvé Tigrou avec le rétroviseur de cassé, réparation de fortune, car impossible de rouler en ville sans cela.  Ma selle est déjà rafistolée car les rivets devenaient coupants. Nous sommes maintenant à 11O km de Damas, nous apprécions la petite route à travers les oliveraies qui nous conduit à BOSRA, il y a quelques camps de bédouins, parfois ils possèdent un chien pour le troupeau mais sinon dans les villes et dans les campagnes de ce pays  zéro chien, juste quelques chats errants dans les squares. 

 En arrivant à Bosra, ville classée au patrimoine de l’Unesco,  nous sommes ébahis devant l’imposante citadelle militaire qui renferme un superbe théâtre romain très bien conservé pouvant contenir 8OOO personnes.
       

 

 

Dans un resto nous avons trouvé  de quoi dormir ..  au premier étage sur des banquettes ! il y a une douche froide, WC et c'est propre !
  Dans cette petite ville touristique un seul hôtel à + de 12O € la nuit …ce n’est  pas pour nous !
LUNDI 11 .Il a plu cette nuit...  le soleil brille lorsque nous enfourchons le tandem direction DAR’A, la dernière ville en Syrie avant la frontière Jordanienne. Dans chaque village traversé, il faut accepter les invitations,  café, jus d’orange etc. …à chaque fois les mêmes questions …nationalité, êtes-vous mariés ? Des enfants ? Je montre mon petit cahier, sur la carte de France  que j’ai dessiné, je montre ou se trouve notre ville par rapport à Paris, la famille etc.…. avec cela  ils sont contents ! Nous pouvons repartir !
L’arrivée à Dar’a a été mouvementée, nous n’avons déjà pas trouvé facilement le centre ville mais il y a toujours des personnes heureuses de nous aider alors nous sommes arrivés par les écoles et collèges, en pleine sortie de midi, des gamins nous couraient après en rigolant …hello hello comme d’hab  mais que c’est il passé ? Un mouvement d’élèves surexcités se sont rués sur nous, nous jetant des morceaux de parpaings, grosses pierres, un autre m’a tapé  très fortement l’avant bras, tous sont devenus fous furieux, nous avons eu très peur, j’ai même été obligé de leur jeter aussi des pierres pour que Roland puisse avancer avec le tandem, heureusement deux jeunes en mob  nous ont aidés à nous sortir  de là. Impossible de comprendre ... j'étais habillée correctement, jambes et bras cachés !
avec le peu d’Anglais, Roland  se débrouille bien , il négocie fort le prix des chambres  et ce soir, nous nous retrouvons dans le grand luxe impossible d’y mettre les valises chez nous …grooms à l’entrée,  porteur de nos sacoches sales, Tigrou sous surveillance vidéo , tapis rouge et  lit de 2m, baignoire, Wifi compris, TV5 tout cela pour 22 € par nuit (Nous en passerons 2) c’est le seul hôtel de la ville  classé 3 étoiles et devant l’établissement nous  avons reluqué la belle voiture de service  a rallonge, que nous avons bien envie d’échanger contre Tigrou pour  partir en Jordanie …
      
 Cette après-midi, ne sachant pas trop quoi faire, Roland  ayant aperçu au loin une loco à vapeur m’entraîne en direction du dépôt SNCF de Dar’a .
L'approche de la gare...
      

 Nous entrons dans l’enceinte et sommes de suite accueillis par un agent et le conducteur titulaire de cette belle machine à vapeur de 1918 qui roule encore régulièrement  entre ici et Damas , elle n’est pas très bien entretenue, pleine d’huile  et gazole ;Photos de tous les engins roulants se trouvant dans les parages, moto-draisine, range-rover  sur rails, Ford sur rails etc , et surprise …à l’intérieur du dépôt il y a à la retraite une loco vapeur jordanienne  de toute beauté …photos et re…photos cette fois Patrick tu vas être content !
 


         

 Ensuite, nous sommes allés faire un petit tour dans le quartier des réfugiés Irakiens, nous avons vu la préparation et cuisson bien spéciale du pain .
Four a pain Irakien.
Cuisson a la verticale!
              
Dégustation du pain.

Bilan en Syrie :
 9 00  km de tandem, c’est peut être pas beaucoup mais vu le profil difficile et les températures élevées ce n’est pas si mal ! (le + 48 ° au soleil au château de Saladin)
8O bouteilles d’un litre et demi eau + Jus de fruits, Cola et quelques petites bières Libanaises, pas toujours facile de s’en procurer !
27 nuits  à l’hôtel. O fois la tente. Aucun soucis mécanique, bien que Tigrou grogne!
DEMAIN LE 13 OCTOBRE : BONJOUR LA JORDANIE